La gaufre bleue : tout savoir sur cette IST

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Santé
  • Post last modified:06/05/2022

Avez-vous déjà entendu parler de la maladie de la gaufre bleue ?
Cet article vous raconte l’histoire d’un canular qui a circulé sur Internet dans le but salir les femmes ayant une vie sexuelle active.

La maladie de la gaufre bleue est un canular publié sur Internet en 2010. Il mettait en garde contre une fausse infection sexuellement transmissible (IST) provoquant une coloration bleue du vagin.
Ce canular a fait la Une des journaux lorsqu’il a été cité par un conseiller municipal de l’Etat du New Jersey. Cette information a été présentée comme une nouvelle grande menace pour la santé des femmes. Cette information est ensuite devenue virale sur internet.

La photo d'une gaufre bleue a créé un mouvement de panique

Le fait que cette farce ait semé une telle panique illustre la facilité avec laquelle la désinformation peut être diffusée.
Tout d’abord, cette manipulation a créé un mouvement de panique général. Mais cela a aussi mis en péril la compréhension de la nature et des risques liés aux véritables maladies sexuellement transmissibles.

La gaufre bleue n'est pas une véritable maladie

En outre, la maladie de la gaufre bleue est une infection sexuellement transmissive complètement fictive.

Cette maladie est une invention

Gaufre bleue,  Canular, gaufre bleue maladie photo, IST, MSTCette infection n’existe tout simplement pas. Elle a été inventée en 2010 par des plaisantins. C’est un exemple des types de canulars sur Internet destinés à tromper les lecteurs dans le but de les désinformer.

Cette maladie est une occasion de faire du pishing

Cette fausse information est aussi un bon moyen de faire du pishing (technique frauduleuse utilisée par les pirates informatiques pour récupérer des informations sensibles, personnelles et/ou confidentielles telles que des coordonnées bancaires, vol d’identité…), d’arnaquer en vendant des produits qui n’existent pas, d’attirer des dons de charité ou simplement d’être malveillant.

Comment le canular de la gaufre bleue a-t-il commencé ?

Une simple image qui incite à cliquer

Gaufre bleue Find this picture I dare you - Blue waffles anyone IST, MST

Le mythe de la maladie de la gaufre bleue a commencé par la publication d’un appât.
En postant l’image d’une gaufre de couleur bleue, les farceurs ont lancé un défi aux utilisateurs avec le texte suivant : « Je parie que vous ne pouvez pas trouver cette image dans la recherche d’image Google ».
Ceux qui ont mordu à l’hameçon ont été choqués de découvrir la photographie d’une vulve teintée de bleu, apparemment infectée.
Le nom a été tiré du terme argotique « gaufre », qui signifie vagin (en anglais). 

La maladie serait une IST

La maladie, que les farceurs prétendaient être sexuellement transmissible, provoquait des infections vaginales, des démangeaisons, des brûlures et des pertes malodorantes. En somme, tous les symptômes que l’on peut attendre d’une IST comme la gonorrhée ou la chlamydia.

La couleur de la gaufre bleue

Concernant la couleur bleue, il est possible que l’image du vagin bleu ait été truquée.
En effet, il est plus probable que le vagin ait été coloré au violet de gentiane. Le violet de gentiane est un colorant antiseptique de couleur bleue parfois utilisé pour traiter les infections à levures (inflammation du vagin ou vaginose).
il est aussi possible que les images aient été retouchées numériquement pour les rendre plus choquantes.

La fake news s'est propagée très vite sur la toile

Les preuves médicales démystifiant le mythe n’ont guère contribué à calmer la panique qui s’est rapidement emparée des médias sociaux. Certains ont même affirmé que la maladie de la gaufre bleue pouvait finir par rendre le corps bleu si elle n’était pas contrôlée.
Le mythe de la gaufre bleue a repris de la vigueur en 2013. En effet, Kathy MacBride, une conseillère municipale du New Jersey, s’est laissée prendre au piège de la ruse et a proposé des mesures pour lutter contre une possible menace sanitaire… finalement fictive.

L'objectif du canular de la gaufre bleue et ses conséquences

L'objectif : semer la panique

Aussi stupide ou bénigne que puisse paraître la farce, son objectif ultime était de semer la panique. A cet égard, beaucoup de personnes y ont cru et ont été dans un réel état de détresse. C’était un canular plutôt bien réussi.

Les conséquences de cette malveillance

L’une des conséquences de ce hoax (fausse information, périmée ou invérifiable propagée par internet) est que ce canular par internet alimente un phénomène connu sous le nom de « syndrome de Munchausen ».
Ce syndrome est une atteinte psychiatrique caractérisée par la simulation de symptômes et/ou d’une maladie qui n’existe pas.
Ces personnes mal intentionnées fabriquent délibérément des maladies dans le but de se moquer ou de rechercher de l’attention.

Jeter le discrédit sur la sexualité des femmes

Le fait qu’un si grand nombre de personnes se soient laissées prendre au piège par ce canular reflète également un discours omniprésent dans notre société.
Ainsi, les femmes qui ont des relations sexuelles fréquentes sont dites « anormales » et celles-ci finiront par récolter les conséquences de leur comportement sexuel. Après tout, la maladie de la gaufre bleue était une IST qui touche uniquement les femmes, pas les hommes.

Les hommes ne craignent rien de cette maladie

Ironiquement, les garçons et les hommes se vantent souvent d’avoir des « boules bleues » s’ils sont frustrés de ne pas avoir assez de rapports sexuels. L’idée sous-jacente est que les hommes sont censés avoir des rapports sexuels – et beaucoup de rapports – ou subir les conséquences des « couilles bleues ».
Cette expression s’explique par le fait que lorsque l’homme est excité, le sang afflue dans son pénis et provoque une érection appelée « vasoconstriction ».

Cette idée est le reflet d’une culture ancrée qui évalue toujours la valeur d’un homme par sa sexualité et ses conquêtes. Alors qu’au contraire, cette attitude serait tout à fait dégradante pour une femme si elle agissait de la même façon.

Les signes d'une arnaque médicale

Les vraies infections sexuellement transmissibles

L’une des raisons pour lesquelles la maladie de la gaufre bleue a trompé tant de gens est que les farceurs ont décrit des symptômes qui étaient facilement associés à des IST chez les femmes. Les symptômes décrits sont associés à :

  • la vaginose bactérienne : Rougeur et gonflement du vagin, démangeaisons vaginales, pertes vaginales, odeur de poisson, brûlure à la miction, saignement lors des rapports sexuels.
  • la chlamydia : Rougeur et gonflement du vagin, démangeaisons vaginales, pertes vaginales, douleur à la miction, douleur dans le bas de l’abdomen ou le pelvis. De même s’il y a des douleurs lors des rapports sexuels, des saignement lors des rapports sexuels, des saignement entre les règles.
  • la gonorrhée : Rougeur et gonflement du vagin, démangeaisons vaginales, pertes vaginales, douleurs à la miction, douleurs dans la partie inférieure de l’abdomen ou du pelvis. Ainsi que des douleurs lors des rapports sexuels, des saignements lors des rapports sexuels, des saignements entre les règles.
  • l’herpès génital : Rougeur et gonflement du vagin, démangeaisons ou brûlures vaginales, des cloques et des lésions vaginales douloureuses, des pertes vaginales, des douleurs à la miction.
  • Papillomavirus humain (HPV) : Verrues génitales indolores, démangeaisons vaginales.

Comment traiter les différentes IST

Protégez-vous, faîtes-vous dépister pour une IST

La plupart du temps, une IST est asymptomatique, c’est à dire qu’elle ne présente aucun symptôme. L’absence de symptômes ne signifie pas que vous êtes « sain » si vous avez des rapports sexuels sans préservatif ou si vous présentez d’autres facteurs de risque d’IST.

Si vous pensez être une personne à risque, que vous ayez des symptômes ou non, parlez-en à un professionnel de la santé qui saura vous écouter et vous conseiller.
Finalement, la seule façon de savoir si vous avez contracté une IST est de vous faire tester.
Le professionnel de santé peut non seulement vous conseiller sur les tests nécessaires. Mais aussi vous indiquer le moment où vous devez vous faire dépister afin de ne pas le faire dans la « fenêtre sérologique » où des faux négatifs sont possibles.

Quand vous faire dépister ?

  • Femmes sexuellement actives de moins de 35 ans : le test de dépistage de la gonorrhée et de la chlamydia est recommandé chaque année.
  • Femmes sexuellement actives de 25 ans et plus présentant des facteurs de risque. Le test de dépistage de la gonorrhée et de la chlamydia est également recommandé chaque année.
  • Les femmes enceintes : les dépistages de la syphilis, du VIH (SIDA) et de l’hépatite B sont recommandés au début de la grossesse. Ainsi que les dépistages de la gonorrhée et de la chlamydia pour celles qui présentent des facteurs de risque.
  • toutes les personnes âgées de 13 à 64 ans : Le dépistage du VIH est recommandé au moins une fois dans le cadre d’une visite médicale de routine.

Question fréquemment posées (FAQ)

La gaufre bleue est une infection sexuellement transmissible (IST) fictive. C’est un canular. Cette maladie imaginaire  rendrait le vagin bleu et le déformerait.

La maladie de la gaufre bleue ne se transmet pas, car il s’agit d’une fausse maladie sexuellement transmissible.
Rassurez-vous, vos organes génitaux ne deviendront pas bleus si vous avez des  rapports sexuels fréquents. Malgré tout, il existe des moyens de se protéger contre les véritables infections sexuellement transmissibles, notamment l’utilisation systématique de préservatifs et la réduction du nombre de partenaires sexuels.

La maladie de la gaufre bleue n’existe pas. Cela ne signifie pas que vous devez ignorer les changements de couleur, de sensibilité ou d’odeur de votre vagin.
Un vagin rouge et irrité, accompagné de démangeaisons, de brûlures et de pertes malodorantes, peut être le signe d’une maladie très réelle appelée vaginite, ou d’une autre maladie souvent liée à des IST comme la chlamydia, la gonorrhée et la trichomonase.

Si vous avez des symptômes, si vous remarquez des changements sur vos organes génitaux, comme des boursouflures, des plaies ou des écoulements, consultez votre médecin traitant ou votre gynécologue ou un service du planning familial près de votre domicile.
De tels symptômes pourraient très bien indiquer une véritable maladie sexuellement transmissible nécessitant un traitement.

Il est tout aussi important de s’informer afin de pouvoir non seulement repérer les signes d’une IST, mais aussi apprendre à les éviter lors d’un rapport sexuel.
Cherchez toujours à vous informer auprès de sources fiables, auprès de votre médecin traitant ou sur le site du ministère de la santé ou du planning familial.

You are currently viewing La gaufre bleue : tout savoir sur cette IST